Ning devient payant, vers la fin de la gratuité des réseaux sociaux ?

Publié le par D. Fayon

 

 

Nous n’avons pas que Facebook ou Twitter qui modifient les conditions générales d’utilisation de leur plate-forme de façon léonine. A chaque fois, l’internaute n’a que la possibilité d’accepter en bloc toutes les conditions ou de ne pas/plus utiliser le service. Le réseau social Ning qui permet de créer son propre réseau social, public ou privé, ne déroge pas à cette observation et vient d’envoyer un mél à ses utilisateurs pour leur faire part de « quelques changements nouveaux et passionnants » (sic) qui interviendront en juillet prochain.

 

ning-logo

 

Le changement principal est celui de la tarification des services. Mais contrairement aux réseaux sociaux professionnels LinkedIn, Viadeo et Xing où à côté d’une formule gratuite cohabite une formule enrichie payante dite Premium, l’ensemble des utilisateurs paieront s’ils souhaitent continuer d’utiliser le service. Il est pourtant avéré sur le Web 2.0 qu’il suffit d’avoir une formule gratuite pour la majorité des utilisateurs et une formule payante pour quelques-uns pour financer le service et les coûts qu’il emporte. C’est ce qu’énonce Chris Anderson dans son ouvrage Free.

 

 

Le risque sous-jacent est que certains réseaux sociaux décident unilatéralement de faire payer leur service une fois que l’addiction a été créée chez les internautes qui les ont alimentés en données. Le business model n’est pas connu à l’avance et peut évoluer au gré du temps en fonction de la masse critique des utilisateurs, des souhaits de développements fonctionnels et techniques, etc. La question qui se pose est « Si Facebook devenait payant, combien d’internautes continueraient-ils à l’utiliser ? » et celle qui vient après « Et si Twitter qui développent des services payants à valeur ajoutée pour les professionnels avait raison ? » car il est bien nécessaire de se faire rencontrer des internautes qui sont clients et des enseignes sur le Web.

 

 

En ce qui concerne les changements tarifaires qui interviennent pour Ning, 3 formules sont proposées, la première pour moins de 3 euros par mois qui limite le réseau social à 150 membres selon la théorie de Dunbar… Les réseaux Ning libres ou gratuits seront progressivement supprimés et des plans de migration (des données ?) sont prévus.

 

 

Affaire à suivre, à la fois pour connaître le taux de conversion/et d’abandon du service Ning mais aussi pour savoir si Ning fait des émules chez les autres réseaux sociaux, généralistes ou non. Ou si des évolutions vers d’autres modèles économiques (apport d’affaire, formule Premium, publicité) sont constatés. C’est l’objet d’un chapitre de Facebook, Twitter et les autres…

 

Publié dans Article

Commenter cet article