Green IT, carrefour du numérique et du développement durable

Publié le par Philippe Hilsz



Ci-après le compte rendu rédigé par Philippe Hilsz de la soirée GreenIT, Réseaux verts, animée par Didier Verhulst le 6 octobre dernier. Cette soirée était organisée par le groupe Réseaux et Services de Telecom ParisTech Alumni.

La GreenIT se préoccupe d'économie d'énergie, d'empreinte carbone et d'environnement. C'est le sujet le plus en vogue du moment. Il s'agit d'une question durable en matière de numérique. 01 Informatique a même récemment consacré un numéro spécial à la question.



Un résumé des témoignages des participants suit :

Marc Fossier, France Telecom (FT)

FT maximise l'énergie décarbonée dans les réseaux des pays où il opère, comme en Angleterre à 100 %. Dans les Data centers, la virtualisation progresse pour augmenter la charge des serveurs à consommation égale. De l'ordre de la moitié de la consommation est consacrée au refroidissement.
Les boxes ADSL sont le point noir, elles n'ont pas de mode veille, en l'absence de norme et dû à la difficulté avec les flux voix dégroupés. Elles consomment beaucoup,... d'autant plus que les lignes ADSL émettent en permanence des données pour ne pas déstabiliser la diaphonie importante.
La recommandation est d'éteindre une box ADSL en cas de départ prolongé du domicile.

Frédéric Wauquiez, Alcatel-Lucent (AL)

Dans les stations de base GSM, la réduction de taille permet de gagner un facteur 10 en énergie.
Augmenter le nombre d'émetteurs-récepteurs dans le même volume a permis de gagner, de 1 à 2 = - 35 %, de 2 à 6 = - 60 %.
Les pays en développement n'ont pas d'électricité. Par exemple, au Kenya, 100 camions-citerne sillonnent le pays pour alimenter les groupes électrogènes.
AL a monté un site pour station de base au centre de Villarceaux (Essonne), avec énergie solaire et éolienne, où les autres constructeurs peuvent venir tester leurs solutions.

Benoît Varin, TIC ETHIC (TE)

TE est une société de conseil dans les TIC et l'environnement.
Il n'y a pas encore de recyclage organisé des téléphones portables remplacés. La moitié des mobiles remplacés dorment dans les tiroirs. La durée moyenne d'utilisation est 2 ans. Les anciens modèles étaient conçus pour durer 7 ans, ils ne consomment pas plus que les modèles actuels parce qu'ils n'étaient pas multimédia. La fabrication consomme énormément d'énergie, l'économie est d'abord obtenue par la plus longue durée d'utilisation possible avant destruction. Les déchets sont dangereux.
MonExTel.com a été créée pour récupérer les téléphones portables.
Des enveloppes sont distribuées pour envoyer gratuitement les modèles inutilisés non jetés. La collecte est organisée par Internet. Pour chaque mobile récupéré, 5 à 10 € sont reversés à des associations. Le recyclage consiste à reconditionner ces mobiles et les écouler dans les pays en développement. Une unité en Normandie s'en charge, employant des handicapés.
Le problème reste avec la fin de vie de matériels exportés dans les pays en développement.

Jérémie Bourdoncle, Hedera Technology (HT)

HT développe des solutions de type Cloud computing adaptée aux pays africains qui ont peu d'électricité. Ces solutions consomment 2 fois moins et rapprochent le matériel des utilisateurs, contrairement au Cloud computing traditionnel.
Quelques chiffres sont rappelés :
- un avatar Second Life consomme autant qu'un Brésilien, 1752 kwh,
- les Data centers représentent 1 % de la consommation mondiale.
Au lieu d'utiliser de puissants multi-cores, les solutions micro-cluster sont à base de batteries de processeurs verts. Le bilan énergétique serait une réduction de 65 %. L'architecture en micro-cluster est exploitée par des logiciels libres. Les solutions sont puisées et développés en Open Source, logiciel et matériel (DIY).
Issue de l'incubateur de Telecom ParisTech, HT recherche des investisseurs.

Publié dans Article

Commenter cet article

Fred Bordage 19/10/2009 09:10


Si ce thème vous intéresse, vous trouverez toute l'actualité du Green IT sur
www.greenit.fr qui fédère les 20.000 professionnels français du domaine.