Twitter victime de son succès

Publié le par D. Fayon

La Twittermania est là, l’audience du site s’envole selon TechCrunch par exemple et le cap des 10 millions d’utilisateurs est franchi. Néanmoins son audience en France reste encore très limitée par rapport à Facebook (on pourrait l’estimer à près de 150 fois moins) et les possibles phénomènes de mode ou de Hype ne sont pas à exclure. Le rapport buzz sur nombre d’utilisateurs est en effet l’un des meilleurs de toute la blogosphère.

 

Voulant me connecter mardi après 22 h (retrancher 6 à 9 h pour connaître l’horaire sur le sol américain), vous comprendrez que c’était l’heure de pointe aux Etats-Unis où se nichent la majorité des utilisateurs. Aussi l’écran de dépassement de capacité était affiché (cf. ci-après).



Dans la courte histoire de Twitter, rappelons que la plate-forme initiale a été développée avec Ruby On Rails et que l’arrivée massive de membres a généré quelques plantages.
Des serveurs supplémentaires seront donc nécessaires, de même que les formes de monétisation de >certains< services pour assurer un équilibre économique à l’application (idem pour Facebook à l’avenir). Notons que l’histoire du Web a montré que des start-up qui ont connu de belles croissances ont dû attendre quelques années avant d’être rentables, Amazon en tête.

 

Je signale par ailleurs un schéma intéressant réalisé par conseilsmarketing.fr quant aux usages possibles de Twitter :

-         pousser des messages,

-         organiser son activité,

-         dialoguer avec ses clients et prospects,

-         générer du trafic,

-         analyser l’information.

Publié dans Article

Commenter cet article